Pascal Zachalsky

Bien-être au jardin Lamaraicherie.

Les actions pédagogiques de Pascal Zachalsky ont été récompensées l'an dernier par un trophée de l'environnement. Il aménage une auberge avec gîte et couvert pour prolonger le bien-être ressenti au jardin de Lamaraicherie.

Le jardin de Lamaraicherie, chemin du Patural, un lieu paisible en bordure du Rupt-de-Mad, un site naturel qui respire le bien-être.

"Pour se sentir bien, on a besoin de la nature et cet environnement est façonné par l'homme", observe Pascal Zachalsky qui cultive des plantes médicinales après avoir commencé par des légumes dix ans auparavant. 

Il accueille aussi des enfants et des résidents de maisons de retraite avec qui il mène des activités pédagogiques sur les plantes médicinales. Pour cet engagement, il a reçu le trophée de l'environnement dans la catégorie "Initiative à caractère individuel ou prise par un petit groupe", vendredi 9 décembre 2016, dans les locaux du conseil départemental.

L'an dernier, un échange entre praticiens du bien-être a eu lieu au jardin de Lamaraicherie. Il s'inscrit dans l'idée de l'auberge avec gîte et couvert implanté sur une parcelle qu'il loue à côté de ses 2,4 hectares. Les quelques heures ou journées de bien-être se prolongeront ainsi en séjours.

Pascal Zachalsky estime "jouer le rôle que tout homme devrait avoir, celui de protéger la nature." Seul l'être humain, "par son libre arbitre", peut préserver son environnement ou le détruire "avec le projet Cigéo de stockage souterrain des déchets nucléaire à Bure." Très attaché à son jardin, le militant Pascal Zachalsky le quittera pourtant ce week-end pour participer au festival "les Bure'lesques".

"Seul l'homme peut rendre le monde meilleur"

A Lamaraicherie, il dispose de trois outils essentiels : la nature, l'art et le bien-être. "Trois choses liées à mettre en avant."

Il participe à cette action "avec les animaux et les plantes". Ces dernières possèdent un rythme qu'il modifie au besoin, "en retirant par exemple la plante qui gène la croissance d'une autre".

Pascal Zachalsky s'est demandé "à qui appartient la terre ? Et ce qu'en font les propriétaires ?" Sa réponse a été d'acquérir des terrains "pour être acteur, redevenir paysan, celui qui fait le pays." Le jardinier du monde, c'est "l'homme qui peut changer le monde et le rendre meilleur". L'homme crée et devient acteur de sa vie et de l'environnement dans lequel il vit. Certes c'est difficile mais "tu es heureux quand tu crées". Le bonheur ne vient pas d'un claquement de doigt, assure Pascal Zachalsky. C'est tout le travail nécessaire pour sauver la planète et accéder au bien-être "qui me fait du bien", contate-t-il.

L'amoureux de la nature en est convaincu : "Il faut revenir à l'essentiel" et préserver des milieux naturels qui sont souvent des lieux de bien-être. Le jardin de Lamaraicherie en est la meilleure preuve.

Original de l'article ici, écrit par Jérôme Bourguignon.

Pascal Zachalsky