Vendre des oignons, quel bonheur !

Un peu d’autodérision décalée, en souvenir de Bourvil

(c) Benoît R. Sorel, avril 2017

 

Vendre des oignons, c’est un vrai bonheur.

L’oignon jaune comme la paille, c’est mieux que le soleil.

Moi j’aime les oignons, ils sont beaux, ils sont bons.

Et en plus ils rapportent du pognon.

 

Ah le pognon ! En voila un bel amour

J’aime autant le pognon

Que les plus gros oignons.

Je vends plein d’oignons

Je me fais plein de pognon.

 

Un oignon par-ci, un oignon par-là

Du pognon par-ci, du pognon par-là

Un oignon ça s’effeuille comme une liasse

Une liasse de beau pognon.

 

Les oignons frais ça pique les yeux

Mais le pognon frais, ça me rend si joyeux

Quand j’ai plein d’oignons, je n’ai pas de pognon

Mais quand j’ai plein de pognon

Je n’ai plus d’oignon !

 

Je vends des oignons, quel bonheur !

Vendre des oignons, quel bonheur !

Je vends des oignons

Pour me faire plein de pognons

Des oignons dorés comme la paille

Qui me rapporte du blé, du bon blé

Je vends des oignons, quelle gaieté !

 

Mais un jour, oh quel jour

On m’a dit de vendre du pognon

Pour gagner des oignons.

J’ai essayé, juste comme ça

Par curiosité.

 

Et ça a marché !

J’ai vendu plein de pognon

J’ai gagné plein d’oignons.

Avec mes beaux billets dorés

Je gagnais des oignons tout blonds

Des oignons tout beaux comme les blés

Tout plein tout plein, les jours de marché

 

Je vends du pognon, quel bonheur !

Vendre du pognon, quel bonheur !

Par ici les oignons

Adieu le pognon

Par ici les oignons

Voilà ton pognon

 

Sauf que…

Un beau jour…

Dans mon jardin, plus de pognon

Les semis de pognon, tous ratés

Rien n’avait levé

Bouturé, le pognon n’a pas mieux poussé

Triste jardin

Et triste cave, bourrée d’oignons

 

À la banque

Ils ne veulent pas de mes oignons

Je leur dis que c’est comme du blé

Qu’ils sont tout dorés

Pour les encaisser, après le marché,

Faut les mettre dans la machine me dit le banquier

 

Mais la machine, mon bon monsieur,

Elle avale pas les oignons comme du pognon

Il faut bien les presser, les oignons,

Pour les y faire rentrer !

Monsieur, la machine n’accepte que du liquide

M’a dit le banquier livide

Fallait le dire plus tôt

Un bon jus d’oignon, ça vaut du pognon !

 

Alors j’ai vendu tous mes oignons

En les transformant en jus d’oignons

Du bon jus d’oignon, ça fait plein de pognon !

Les oignons, c’est bon pour le pognon !

J’le savais, j’le savais !

 

Ah, que j’aime vendre des oignons !

Si vous n’aimez pas le pognon,

alors vous n’êtes pas faits pour vendre des oignons !

 

FIN